BLOG 

troubles du comportement alimentaire

MATERNITE

Parentalité

Les Phobies 

Burn out

dépression post partum 

crise d'angoisse

Louise Portafaix psychologue clinicienne maternité néonatologie grossesse enfants adultes anxiété crises d'angoisses traumatismes covid

LA maternité : un bouleversement psychique intense

Si « on ne naît pas femme, on le devient », nous pouvons tout autant convenir du fait que « l’on ne naît pas mère, on le devient! » Devenir mère et se percevoir comme tel engage un travail psychique conséquent qui confronte les femmes à une nouvelle image. De nombreux psychanalystes parlent d’une période de crise identitaire et de maturation psychologique

En effet, la maternité peut venir réactiver de façon particulièrement vive des vécus infantiles et des questionnements identitaires. Bydowski, psychanalyste, appelle cela « la transparence psychique ». Pour Stern, pédopsychiatre, il s’agit d’une nouvelle organisation du psychisme de la femme qui se développe pendant la grossesse, empreint d’un ensemble « de comportements, de susceptibilités, de fantasmes, de peurs et de désirs » spécifiques. La future maman est confrontée à plusieurs identifications : une identification à sa mère, au bébé qu’elle était et au bébé qu’elle porte.

 

Maternité : enceinte ou en post partum, est-ce normal d’être triste ? anxieuse ?

 

La grossesse peut faire naître une grande émotivité et une anxiété qui proviennent de préoccupations directement liées à la grossesse. En 1956, le psychanalyste anglais Winnicott a employé le terme de « préoccupation maternelle primaire » pour décrire cette hypersensibilité particulière qui sensibilise la femme enceinte aux besoins de son enfant après la naissance. La femme peut également être confrontée à des sentiments d’étrangeté ou d’irréalité de la situation.

 

Les difficultés liées à la maternité sont encore difficilement appréhendées par la société. Elles laissent entrevoir le fait que l’amour maternel ne puisse être indéfectible. Pour autant, il est important d’avoir conscience que cette période n’est pas toujours facile et qu’il est possible se faire accompagner afin d’appréhender ces difficultés. Des professionnels de santés peuvent vous aider (sage-femme, médecin, psychologue, pédiatre, auxiliaire de puéricultrice…).

 

Il est normal et légitime de se sentir stressée ou angoissée ; vous naissez en tant que mère en même temps que votre bébé vient au monde.

 

Comment prendre soin de moi pendant ma maternité et notamment mon post partum ?

 

« L’accouchement est un acte, une expérience, un avènement tant physique que psychique. » (PRIEUR-RICHARD E., « Une odyssée inconsciente, l’accouchement » in Psychismes Vivants, Septembre 2010, p.6 ).

 

Si la grossesse trouve une fin dans la naissance de l’enfant, cette dernière est une transition qui amorce la poursuite du processus de maternité. Aujourd’hui les femmes sont souvent très accompagnées pendant leur grossesse mais bien moins pendant leur post partum pour autant, l’accouchement induit un bouleversement somatique et psychique d’une grande intensité. Le corps maternel qui s’était adapté et transformé afin de porter, nourrir, oxygéner, et protéger, va cheminer vers un nouvel équilibre. Ce changement postnatal est d’ailleurs peu connu, souvent confondu avec un « retour au corps d’avant ».

Par ailleurs, quand l’accouchement est douloureusement éprouvé, il peut ébranler le narcissisme de la femme qui se trouve endommagé dans son identité féminine. Ainsi, il est important que vous puissiez prendre soin de votre corps. 

Dans plus de la moitié des cas, la maman connaît dans les dix jours qui suivent la naissance, une grande labilité émotionnelle appelé blues du post-partum ou baby blues. Son état alterne entre accès de pleurs inhérents à des affects dépressifs et exaltation de l’humeur. La femme est confrontée à un travail de deuil : l’impression de plénitude liée à son état de grossesse laisse place à un sentiment de vide intérieur. L’enfant réel vient chasser l’enfant imaginaire qu’elle avait fantasmé.

Qui plus est, elle doit faire face à ses nouvelles responsabilités de mère face à l’enfant vers qui sont désormais dirigées toutes les attentions. De plus, l’irritabilité et l’insomnie peuvent être prégnantes. La confusion, les difficultés de concentration et les troubles de la mémoire peuvent s’associer aux fluctuations thymiques. Ces manifestations sont appelées blues du post-partum, elles sont transitoires et bénignes.

 

Plus vous prendrez soin de vous, plus votre bébé le sentira et sera à son tour apaisé !

Retrouvez plus d'informations sur le site de Jolly MAMA

Louise Portafaix psychologue clinicienne maternité néonatologie grossesse enfants adultes anxiété crises d'angoisses traumatismes covid

Parentalité

La parentalité est définit comme « l'ensemble des réaménagements psychiques et affectifs qui permettent à des adultes de devenir parent, c’est-à-dire de répondre aux besoins de leur(s) enfant(s) à trois niveaux : le corps (les soins nourriciers), la vie affective, la vie psychique » (Lamour et Barraco, 1998).

 

La parentalité est donc un processus,  un phénomène évolutif, nécessitant des réaménagements à chaque étape. Il est possible de ressentir le besoin d'être accompagné sur ce chemin. Le soutien à la parentalité s'adresse aux couples désirant avoir un enfant, aux parents et futurs parents pour des difficultés de conception, des difficultés éducatives, vécu de grossesse, préparation à l’accouchement, accouchement difficile, prévention des troubles de l’enfant.

 

Ce soutien a pour objectif de favoriser la relation avec votre enfant et avec vous-même, de répondre à vos questionnements, de vous soutenir dans des situations difficiles ou douloureuses

COVID 19 comment rassurer son enfant?

 

Ecoutez ses peurs, ses inquiétudes et tenez un discours rassurant. Réflechissez avec lui à des solutions en écoutant ses besoins. Ecoutez ses pensées et ses émotions, parlez en avec lui. Discutez ensemble d'un moyen de diminuer les sensations désagréables liées à ses émotions (lire un livre, dessiner, courir...). Les enfants ressentent le stress de leurs parents, il est donc également intéressant de verbaliser vos propres émotions. Ainsi, ils pourront à leur tour verbaliser leurs sentiments et propres inquiétudes. Limitez les expositions aux informations anxiogènes relayées par les chaines d’informations ou les réseaux sociaux et proposez à votre enfant de garder un lien avec leurs amis ou d’autres membres de la famille (téléphone, visio, mail).

Enfin, vous pouvez vous tourner vers un professionnel qui saura écouter vos peurs et vous aider à accompagner votre enfant

Louise Portafaix psychologue clinicienne maternité néonatologie grossesse enfants adultes anxiété crises d'angoisses traumatismes covid

dépression post partum 

La grossesse et l'accouchement génèrent des changements corporels et hormonaux importants. Le corps est souvent mis à mal et ces déséquilibres métaboliques peuvent agir sur le mental. La dépression post-partum est un état de dépression plus ou moins intense. Il existe 3 formes de dépressions post-partum ; le syndrome du troisième jour ou baby blues, la dépression post-partum et la psychose post-partum.

 

Le syndrome du troisième jour :  survient généralement entre le premier et le troisième jour après l’accouchement. Il se manifeste par des pleurs inopinés, de l’irritabilité, un manque de sommeil, des sautes d’humeur et un sentiment de vulnérabilité. Ces symptômes peuvent durer plusieurs semaines et on estime qu'ils touchent plus d'une mère sur deux.

La dépression post-partum est plus conséquente :  dérèglement émotionnel, découragement, tendance à pleurer constamment, sentiment de ne pas être à la hauteur, de ne pas être capable de s'occuper de leur bébé,  culpabilités, anxiété, fatigue, ambivalencenégativité ou de désintérêt envers son enfant. 
Physiquementmaux de tête, d'engourdissement, de douleurs thoraciques et d’hyperventilation. On estime qu’il se manifeste dans 3 % à 20 % des accouchements.

La psychose post-partum : il s'agit d'une décompensation psychotique. La naissance du bébé réveille des blessures d'identité chez la mère. Les symptômes comprennent le désarroi extrême, les pensées délirantes, la fatigue, l’agitation, des sentiments de désespoir et de honte, des hallucinations, une allocution rapide ou la manie.

 

Comment soigner la dépression post-partum ?


Un soutien psychothérapeutique peut vous aider à dépasser cette période douloureuse. Par ailleurs, donnez-vous le temps de récupérer,  solliciter vos proches, vos amis, prenez du temps pour vous vous et découvrez votre bébé à votre rythme.

Retrouver les podcasts de bliss stories qui parlent de maternité de manière décomplexé. 

  • Instagram
Louise Portafaix psychologue clinicienne maternité néonatologie grossesse enfants adultes anxiété crises d'angoisses traumatismes covid

Les Phobies 

La phobie est une crainte irrationnelle, démesurée et incontrôlable concernant un objet (animaux, objet, fruit,…) ou une situation (peur de prendre l’avion, d’être dans une foule, d’être dans un espace clos…) ne comportant pas pourtant de réel danger.

Elle se manifeste par l’angoisse et la peur, le réflexe premier des personnes en souffrance est l’évitement de la situation phobique par la fuite. C’est généralement lorsque la phobie concerne une situation qu’on consulte un professionnel car sa manifestation peut se montrer très invalidante au quotidien et impacter notre vie sociale, professionnelle et personnelle.

Phobie scolaire :  « il s’agit d’enfants qui pour des raisons irrationnelles refusent d’aller à l’école. Ils résistent avec des réactions d’anxiété très vives ou de panique quand on essaie de les y forcer » Ajuriaguerra-1974

La phobie scolaire peut  avoir de lourdes conséquences sur le plan éducatif, familial et social. L’identifier précocement permet de réduire considérablement l’installation de la phobie dans la durée et ce, grâce à une prise en charge adaptée.

Louise Portafaix psychologue clinicienne maternité néonatologie grossesse enfants adultes anxiété crises d'angoisses traumatismes covid

Burn out

Le burn out aussi appelé syndrome d'épuisement professionnel se caractérise par un épuisement physique et mental progressif, une perte de motivation, une modification du comportement et de l'humeur dans le cadre du professionel

Je vous propose un accompagnement qui prendra en compte votre histoire et votre environnement de travail.

Louise Portafaix psychologue clinicienne maternité néonatologie grossesse enfants adultes anxiété crises d'angoisses traumatismes covid

crise d'angoisse

L'angoisse est une émotion normale,  un processus adaptatif qui nous rend plus attentif et apte à réagir  à notre environnement. Toutefois, si cette émotion perdure, elle peut devenir pathologique, envahissante et difficile à contrôler.  

L'angoisse est associée le plus souvent à la crainte de mourir ou encore la peur de perdre le contrôle, de devenir fou, sans possibilité de se raisonner tant que dure l'attaque de panique, de quelques minutes à plusieurs heures.

 

Il peut y avoir diverses manifestations

- des manifestations physiques : accélération du rythme cardiaque (palpitations, tachycardie), pâleur, tremblements, transpiration, sensation de d'étouffement ou d'étranglement, douleurs thoraciques, nausées, vomissements, vertiges, maux de tête …
- manifestations psychiques : peur déraisonnée, sensation de mort imminente, angoisse de devenir fou, sensations catastrophistes...

Louise Portafaix psychologue clinicienne maternité néonatologie grossesse enfants adultes anxiété crises d'angoisses traumatismes covid

troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaire  sont des perturbations du comportement avec des répercussions négatives sur la santé physique et mentale.

On distingue classiquement trois types de TCA :

- L’anorexie qui se traduit par une obsession de maigrir. Les restrictions sont permanentes et il existe altération de la perception de son corps (dysmorphophobie).


- La boulimie se traduit par la répétition de crises incontrôlables où la personne se jette sur la nourriture en grande quantité. Ces crises sont suivies d'une grande culpabilité et d'une tentative de contrôler son poids par différents moyens, que ce soit par des vomissements, des laxatifs ou une activité physique en excès. Le poids est souvent normal ou un peu bas, avec de graves conséquences sur la santé.


- L’hyperphagie boulimique qui se traduit par des crises de boulimie alimentaire sans les techniques de contrôle du poids. Elles entrainent une prise de poids souvent mal vécue et néfaste pour la santé.